RÉSIDENCE DE TERRITOIRE 2019 / RÉMI CARITEY

La résidence « Mission de territoire » s'est articulée autour de la question forestière. Le contexte de la création du Parc National des Forêts y ajoutait la dimension de la protection de l'environnement. Les rencontres de l'artiste et de personnalités qui travaillent en lien avec la ressource et l'environnement forestier permettent de mieux comprendre les enjeux de la création du Parc National.

 

Ces rencontres ont eu comme cadre privilégié les visites de forêts et de réserves naturelles. Ainsi, plutôt que d'être une discussion au sujet des dispositifs de gestion et d'analyse scientifique du milieu forestier, la promenade en forêt a fait émerger les émotions et les sentiments profonds qui nous relient à la nature.

 

Avec surprise, l'artiste a constaté une différence essentielle entre les approches des forestiers et celles des naturalistes. Précisons ici que l'artiste est lui même un forestier, « auteur » depuis 30 ans de la plantation de milliers d'hectares de forêt, lesquels sont directement issus de ses récoltes de semences forestières, résineux et feuillus confondus, et même si ce système de reproduction des forêts se trouve aujourd'hui dévoyé par les exigences de rendement de la sylviculture industrielle.

 

Les entretiens en forêt avec les forestiers ont fait émerger des strates d'émotions diverses, liées à l'histoire de la forêt, aux modes de gestion mis en œuvre pour la production de bois, aux menaces que font peser les canicules et les sécheresses sur cet écosystème et aux réponses apportées, aux degrés de naturalité et de résilience souhaités et observés. Toutes ces questions sont également appréhendées par les naturalistes, mais il y a pourtant, à l'issue de leurs rencontres, un sentiment de réserve qui ne s'estompe pas et produit un manque, une attente, là où la forêt vécue avec les forestiers produit un sentiment durable de satiété et de plénitude. Il n'est pas question ici de remettre en question l'engagement et la sincérité des naturalistes, mais simplement de constater une forme, peut-être, de déformation professionnelle, que l'on pourrait croire liée à l'extrême spécialisation des uns, là où les autres auront une vision plus globale, plus immersive. Comme le fait remarquer un des forestiers rencontrés, la forêt est un organisme vivant, constitué d'une multiplicité d'organismes. L'artiste ajoute que le meilleur indicateur que l'on pourrait avoir de son état de santé est celui des sentiments et sensations qu'elle suscite lorsque l'on s'y promène.

 

Riches de découvertes et de ressentis, les promenades et rencontres avec des personnalités remarquables, favorisées par la résidence, sont matière à récit. Il y transparaît un imaginaire contemporain de la forêt, lequel est restitué sous forme de textes et de photographies, ainsi que par la dissémination de graines d'arbres collectées en forêt.

 

Il y apparaît également un questionnement sur la problématique de la préservation de l'environnement, illustré par les différences d'approches du milieu naturel constatée entre les forestiers et les naturalistes. Cette problématique est centrale dans l'oeuvre de l'artiste. La résidence « Mission de territoire » marque une étape essentielle dans la compréhension par l'artiste du lien entre nature et culture, dans un contexte riche et contrasté. La démarche et l'oeuvre de l'artiste s'en trouvent grandement nourries et enrichies.

 

Personnes rencontrées :

 

Lundi 2 septembre : François Camuset, ONF Châteauvillain,

 

Mardi 3 septembre : Romaric Lecomte, naturaliste, Conservatoire des Espaces Naturels de Champagne Ardennes, Auberive

 

(Mercredi 4 septembre : Isabelle Meurillon, annulé la veille cause arrêt maladie)

 

Jeudi 5 septembre : Jean-Michel Cavin, ONF Aubepierre,

 

Vendredi 6 septembre : Jean-Jacques Boutteaux, ONF Auberive, forêts gérées en Pro Silva

 

Mardi 8 octobre : Mr Aubriot, agriculteur, Ferme des Bonhommes, riverain de la future réserve intégrale

 

Mardi 5 novembre : Bernard Penning, producteur de merrains, Voulaines-les-Templiers

 

Vendredi 8 novembre Françis Gury, artiste, Cours-l'Évèque

Vendredi 8 novembre Samuel Stolarz, Bay sur Aube

 

Mardi 12 Samuel Courtaut, naturaliste, forestier, Villars-en-Azois

 

Mercredi 13 novembre : Roger Gony, président Conservatoire des Espaces Naturels de Champagne Ardennes

 

Jeudi 14 novembre : Sonia Gouessan, Arbot

 

Vendredi 15 Florence Guérin, sylvothérapeuthe, Recez-sur-Ource

Vendredi 15 : Vanessa Cholez, ethnologue, Châteauvillain